Charlotte, la charmante Donneuse d’eau, opérait sous la verrière à ossature métallique bleu-ciel et près des deux fontaines roses en forme de coquetier du Pavillon des Sources.Chaque matin, dès huit heures, la jeune fille proposait en souriant aux curistes, contre la présentation d’un jeton argenté vendu par la Compagnie, un gobelet d’Ô-de-Pougues fraiche et bienfaisante...

    La Compagnie des Eaux de Pougues employait de jeunes femmes, qui devaient payer leur charge afin de pouvoir exercer leur activité de « Donneuses d’eau ». Elles portaient un uniforme qui varia dans le temps. En 1900 comme il se doit, la robe était longue, portant rayures verticales grises et roses, complétée d’une coiffure de dentelle blanche en forme de chignon.

    26 août 1632 : édit du roi Louis XIII

    "Par ordre du Roy, commandons à Bouvard, surintendant général des Eaux minérales de France, de faire transporter les Eaux de la source Saint-Léger de Pougues en bouteilles cachetées de cire rouge, afin que ces Eaux estant portées fidèlement, les malades puissent jouir des dons et grâces espéciales que Dieu leur a desparties."

    Voeux 2017 d'une Donneuse d'eau

     

    Voeux 2017 d'une Donneuse d'eau

    Voeux 2017 d'une Donneuse d'eau

     

    Voeux 2017 d'une Donneuse d'eau

    Patrick Dorocant, responsable de la Galerie K13 rue de Nièvre, ne manque pas de dynamisme en cette fin d’année 2016. Il organise simultanément plusieurs expositions à Nevers, dans sa galerie bien entendu et chez PATAPIN-Mouësse avec une présentation aquarellée des bords-de-Loire de Eric Basset, et, présentées sur les cimaises de l’Hôtel Mercure les peintures de Marc Vérat figurant une vision personnelle et colorée de Quétigny près de Dijon.
    Marc Vérat et François Agenet, propriétaire de l’Hôtel Mercure, se sont croisés il y a trente ans lorsque ce dernier était alors Directeur Général d’EUROSIT à Nevers Saint-Eloi, fabriquant de sièges de bureau - Design et Ergonomie.

    Animation culturelle

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

     

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

    Photo-reportage, Claire Aldon. Sur la première photos : Gérard Arnold, Pierre Duriot et Patrick Dorocant

    Marc Vérat, François Agenet et Patrick Dorocant

    Marc Vérat, François Agenet et Patrick Dorocant

    Nièvre CPA

    5 Décembre 2016 , Rédigé par education-programme

     

    Nièvre CPA

    Nièvre CPA

    Nièvre CPA

    Nièvre CPA

    Lycée professionnel Jean Jaurès - salle de dessin industriel

    Lycée professionnel Jean Jaurès - salle de dessin industriel

     NIÈVRE > POUGUES-LES-EAUX 22/06/16 - 09H00
    L'eau de Nièvre : Le Journal du Centre s’engage pour relancer sa production. Ce n’est pas une chimère, un rêve insensé. Le retour de la production d’eaux
    minérales dans la Nièvre est possible.
    Tous ceux que nous avons sollicités et qui pratiquent la vente en circuit court sont convaincus de l’intérêt de relancer la production de l’eau de Nièvre.
    L'eau de Nièvre, toute une histoire !
    Leur histoire ne s’est pas écrite avec la même... encre... Certaines eaux minérales nivernaises ont eu une renommée nationale. Et d’autres une exploitation quasi-confidentielle...
    http://www.lejdc.fr/dossiers/2016/05/30/que-re-vive-l-eau-de-nievre_21368.html

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

     

    L'Eau de Pougues

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

     

    Faites de la Nationale 7 !

    Que choisir ?

    9 Novembre 2016 , Rédigé par education-programme

     

    Que choisir ?

     

    Que choisir ?

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

     

    Le Centre d'art de Pougues-les-Eaux

    Des forces de l'ordre plus nombreuses que les manifestants. Une organisation digne des légions romaines. Mais, hélas, la révolution reste à faire peut-être déjà en s'abstenant de voter... En tout cas on s'est bien amusé !

    Résultats pour "Elisée reclus"

    Quand les députés s'enrichissent !
    * 6Medias, 11/09/2015 - 09:15 Quand les députés s'enrichissent Le bilan est accablant pour l'Assemblée nationale. L'association Pour une démocratie directe a publié jeudi un rapport sur l'utilisation par les députés de leur indemnité de frais de mandat...

    11/09/2015
    Ceux qui n'ont jamais travaillé
    * Quand on vit de la naissance à la mort avec de l’argent public, comme M. Hollande, Ayrault, Sapin et quelques millions d’autres, que l’on ne paie pas ou peu de cotisations sociales, qu’on bénéficie d’un système de retraite réservé à sa seule catégorie,...

    01/07/2014
    Nos chers élus
    * Elisée Reclus - Compagnons, Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n'est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l'exercice du droit de suffrage. Le délai que vous m'accordez est bien court, mais ayant, au sujet du...

    02/04/2015
    Indemnités des élus
    * L'Opinion, publié le 19 avril C'est une affaire qui risque de faire du bruit ! Selon Europe 1, 80 parlementaires seraient concernés par une affaire d'indemnités non prévues par la loi. Certains hauts-parlementaires parmi lesquels Claude Bartolone et...

    19/04/2016
    Elisée Reclus
    Compagnons, Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n'est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l'exercice du droit de suffrage. Le délai que vous m'accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des...

    Patrick DOROCANT et la Galerie K13, le Journal du Centre, exposeront pour la première fois à Nevers dans le hall d'accueil du Journal, rue du Chemin de Fer, en janvier et février 2017, l'Ecole de La Charité avec : Albert Drachkovitch, Michel Beszié, Pierre Dancette et Paul Schuss.

    A partir de la gauche sur la première photo : Patrick Dorocant, Joël Muzerelle, Marc Vérat, Michel Beszié et Paul Schuss

     

    A partir de la gauche sur la première photo : Patrick Dorocant, Joël Muzerelle, Marc Vérat, Michel Beszié et Paul Schuss

    A partir de la gauche sur la première photo : Patrick Dorocant, Joël Muzerelle, Marc Vérat, Michel Beszié et Paul Schuss

    Le Journal du Centre expose l'Ecole de La Charité

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

     

    Déconstruction du site Lambiotte

    Sur le site emblématique des anciennes industries de la famille Lambiotte à Prémery, la démolition engagée le 28 juin a métamorphosé le paysage bien connu des habitants.La pierre.

    La brique. Le béton. La ferraille. Le bois. Chaque matériau témoigne d'une époque, d'un type de construction et d'une évolution industrielle. Une histoire vieille de 120 ans qui se lit encore dans le paysage prémerycois où les usines créées par la famille Lambiotte - d'abord de fabrication de charbon de bois et dérivés - ont apporté emplois et prospérité au territoire.

    Dans le vaste domaine de 200 ha (à l'origine), toute activité de chimie du bois a cessé en 2002. Le pôle qui ne dénombrait alors plus que 200 salariés - contre plus de 700 dans les années 1970 - a définitivement fermé ses portes en octobre. L'année d'après, l'Agence de développement et de maîtrise de l'énergie (Ademe), missionnée pour sécuriser le site pollué, en a récupéré la gestion. Un long travail d'études préalables et de préparation à la déconstruction s'est alors engagé.

    Un chiffre. Le coût de la déconstruction de Lambiotte s'élève à 3,8 millions d'euros financés par l'Etat, via la taxe générale sur les activités polluantes.

    Jusqu'à 18 salariés oeuvrent à déconstruire Lambiotte. Débroussaillage, diagnostic amiante, estimation de la quantité de matériaux à évacuer et évaluation de l'empoussièrement ont été conduits les premières semaines. Des étapes nécessaires avant la démolition. Le 28 juin, le chantier a débuté avec le curage des bâtiments et l'opération de désamiantage.

    Le hall de stockage du bois, l'atelier de production de créosote, le bâtiment de criblage, l'espace de stockage du charbon, l'alcoolerie et l'entrepôt de granulés sont à terre. Les premiers sont tombés début septembre. A l'emplacement de ces anciennes structures, tout n'est qu'amas de ferrailles et de pierres. Telle une décharge à ciel ouvert plutôt bien "rangée" pour un chantier de cette envergure.

    La déconstruction du site va s'intensifier dans les jours qui viennent. Mercredi 19 octobre, l'un des deux gigantesques sécheurs métalliques va être mis à terre, tirés au moyen de câbles.

    Une seconde opération bien plus impressionnante est programmée vendredi 28 octobre. Le deuxième sécheur de plus de 35 mètres de haut, la cheminée en briques encore plus élevée et le bâtiment des fours voisin vont être rayés du paysage à l'explosif.

    Déconstruction du site Lambiotte